Accueil / Le blog du numérique / Les 7 outils de cybersécurité indispensables en entreprise

Les 7 outils de cybersécurité indispensables en entreprise

Dans Article , le 29 décembre 2021

Si vous lisez régulièrement notre blog, vous êtes désormais sensibilisé à l’importance de la cybersécurité au sein de votre entreprise. Pour autant, la diversité des solutions et des acteurs de ce domaine rend parfois la lecture du marché complexe et peut alors freiner la mise en place concrète de votre stratégie de sécurité informatique. Pour répondre à cet enjeu, le Groupe Resadia veut se positionner comme un facilitateur à vos côtés, sélectionnant pour vous les meilleures solutions du marché. Découvrez dès à présent 7 solutions fiables et recommandées par nos experts.

#1 Le SD-WAN sécurisé

Le SD-WAN (pour Software Defined Wide Area Network) représente la toute nouvelle génération du réseau d’entreprise, succédant notamment au traditionnel réseau MPLS. Nos entreprises sont connectées en permanence, consommant de plus en plus de services SaaS directement via un navigateur web. La sécurité et la continuité de la connectivité deviennent alors des attentes fortes au quotidien, et le SD-WAN vient y apporter une réponse sérieuse. Il s’agit d’une solution multi opérateurs et multi technologies (fibre, 4G, MPLS) qui apporte beaucoup de flexibilité. Ce dernier vous permet d’optimiser la performance de vos liens opérateurs et d’en faciliter le management, ce qui est notamment très précieux dans une configuration multi-sites. Son système d’identification et son firewall intégré permettent de maintenir un niveau de sécurité homogène sur tout votre réseau d’entreprise. Le réseau SD-WAN permet en plus de diminuer jusqu’à 2 fois vos dépenses, comparé à une architecture réseau en MLPS, ce qui ne gâche rien.

#2 Le NAC utilisateurs

Le NAC (pour Network Access Control) est un procédé informatique qui renforce sensiblement la sécurisation de l’accès à un réseau d’entreprise, en contrôlant à la fois les utilisateurs et leurs équipements. Jusqu’ici, c’était surtout l’utilisateur qui était supervisé en cybersécurité, avec des contrôles d’accès (login et mot de passe). Le problème, c’est que les cyberattaques ne viennent plus seulement d’actions humaines, une machine étant capable d’initier elle-même des processus malveillants une fois piratée.

Pour faire face à ce danger, le NAC couvre un spectre très large et peut contrôler :

  • l’identité de l’utilisateur avec un protocole sécurisé
  • son niveau d’accès sur le réseau
  • l’authentification d’un équipement
  • son état de sécurité
  • son respect des restrictions d’usage définies sur ce réseau

Le NAC joue donc un rôle prépondérant dans la grande chaîne de sécurité informatique, car contrairement au firewall qui constitue une barrière vis-à-vis de l’extérieur, le NAC contrôle lui l’intérieur du réseau. C’est donc une double couche de sécurité qui se forme, capable de stopper un hacker qui aurait pénétré dans votre réseau.

#3 L’antivirus

Bien qu’historique et très connu, l’antivirus professionnel reste une brique importante dans une démarche de sécurisation informatique. Nous parlons bien-sûr d’une solution adaptée aux entreprises, capable de sécuriser à la fois les postes de travail de vos utilisateurs, et les serveurs qui hébergent vos données et applications. Les antivirus les plus puissants du marché permettent ainsi un blocage efficace des attaques réseau et une protection contre les menaces récurrentes tels que :

  • les ransomwares
  • les chevaux de Troie
  • les vers (logiciels malveillants qui se reproduisent sur plusieurs ordinateurs en utilisant un réseau informatique comme Internet)
  • les cryptolockers
  • les rootkits (progiciel conçu pour rester caché sur un ordinateur tout en permettant l’accès et le contrôle à distance de ce dernier)

Ils empêchent ainsi les cybers attaquants d’accéder à votre réseau domestique et de vous nuire en interceptant vos données. À l’inverse des solutions antivirus gratuites qui offrent une protection de base, les solutions professionnelles permettent de passer d’une posture réactive à une posture proactive, empêchant les infections de virus avant qu’elles ne se produisent. C’est aussi ça la base d’une stratégie de cybersécurité efficace.

#4 Le scanner de vulnérabilité

Voilà un tout nouvel usage qui fait son apparition au sein de la chaine de sécurisation des entreprises. Le scanner de vulnérabilité a en effet le vent en poupe, et s’inscrit lui aussi dans une démarche de proactivité qui rend la sécurité informatique plus fiable. Aujourd’hui, avoir un firewall ne suffit plus, il est nécessaire de tester régulièrement les serveurs et devices présents sur votre réseau (postes de travail, imprimantes, bornes wifi, switchs). Le scanner de vulnérabilité permet justement de vérifier que ces appareils soient bien à niveau et ne laissent pas de portes ouvertes aux pirates informatiques.

Très concrètement, il s’agit d’un boitier embarquant un logiciel capable d’inspecter votre système d’information et de vous transmettre un rapport détaillé. L’objectif est double :

  • Recenser de façon exhaustive les vulnérabilités identifiées sur vos appareils et logiciels
  • Proposer des correctifs opérationnels en face de chaque vulnérabilité identifiée

On adopte alors une vraie posture d’anticipation, en ne se contentant plus seulement de corriger, mais en construisant directement de façon sécurisée. Bien sûr, ce scanner ne remplace pas le travail et la vigilance de vos contributeurs informatiques internes. Il vient plutôt en appui et agit comme un détecteur pour les aider à agir vite et bien. Une aide d’autant plus précieuse et stratégique quand on sait que le nombre de vulnérabilités est en forte hausse, d’après l’étude « 2020 Global Network Insights Report » de NTT.

#5 Le bastion

Nous en avons parlé récemment sur notre blog, dans un article dédié, le bastion apparaît comme une solution de poids face à l’évolution inquiétante des offensives cybercriminelles. À l’image de sa référence historique au sein d’une forteresse, il faut voir le bastion comme une plateforme située sur les hauteurs permettant de voir approcher l’ennemi et d’agir en conséquence. En informatique, le bastion est un point d’accès unique et sécurisé protégeant des zones très sensibles du SI. Ces dernières n’étant accessibles que par des comptes à privilèges, le bastion vise justement à sécuriser l’identification de ces comptes pour décider de les laisser entrer ou non.

Ce contrôle des accès à privilèges peut rentrer dans une démarche de PAM (Privileged Access Management) et permet de cocher plusieurs objectifs majeurs :

  • Renforcement de la sécurité des accès au SI
  • Traçabilité totale des actions réalisées sur le SI
  • Gestion de la preuve et de la responsabilité en cas d’incident majeur

Si toutes les entreprises sont globalement concernées, les grands comptes, les organisations sanitaires et les administrations publiques sont prioritairement concernées du fait de la sensibilité élevée de leurs données.

#6 Le certificat SSL

Un certificat SSL (pour Secure Sockets Layer) est un protocole de sécurité électronique qui permet de garantir l’identité d’un site web et d’y sécuriser les connexions grâce au chiffrement. Les informations sont alors protégées lors du transfert de données entre l’utilisateur et le site, puis entre le site et le serveur web. Chaque entreprise a la responsabilité d’ajouter un certificat SSL à son site (proposé par la majorité des hébergeurs cloud), pour sécuriser notamment les transactions en ligne s’il y en a, et assurer la confidentialité des informations clients. Le cadenas que vous voyez à gauche de l’adresse d’un site signifie justement qu’un SSL est en place et que le site est protégé. Les pirates informatiques ne peuvent alors ni récupérer les données, ni remonter jusqu’au serveur web qui est derrière.

Cette protection est d’autant plus importante si votre site demande à ses utilisateurs de s’inscrire, de saisir des données à caractère personnel, un numéro de carte de crédit, des informations médicales etc. Dans le cas contraire, votre site ressortira comme « non-sécurisé » sur les moteurs de recherche comme Google, et ne pourra bénéficier d’une adresse HTTPS aujourd’hui incontournable pour asseoir la confiance des internautes.
Enfin, votre certificat SSL pourrait vous permettre d’être en conformité avec le projet de CyberScore qui doit entrer en vigueur en 2023, visant à établir une note en fonction du degré de sécurisation informatique d’une plateforme ou d’un site grand public.

#7 Le ZTNA

Le ZTNA (pour Zero Trust Network Access) est une approche ou une idéologie informatique qui grandit depuis plusieurs années. Pendant longtemps, on a considéré par défaut que les utilisateurs et les devices situés et authentifiés à l’intérieur d’un réseau étaient forcément de confiance car ils avaient franchi un premier sas de sécurité. Le ZTNA remet en cause cette vision, puisqu’il s’agit d’un modèle de sécurité qui vise à ne faire confiance à personne par défaut, considérant que chaque utilisateur ou device peut constituer une menace potentielle. Pour s’en prémunir, le ZTNA permet de vérifier aussi bien l’identité des personnes accédant au SI, que les devices utilisés pour y accéder.

Pour cela, le ZTNA ne gère plus l’autorisation d’accès au niveau du réseau global (comme le ferait un VPN), mais directement au niveau des applications auxquelles chaque utilisateur à un droit d’accès spécifique (qu’il soit sur le réseau interne ou à distance). Autrement dit, le ZTNA permet de renforcer la sécurité des accès à distance (pour les collaborateurs comme les prestataires), en développant la granularité de ces accès sur le SI. Les accès sont alors plus fins, plus étanches les uns vis-à-vis des autres, ce qui réduit très largement les risques d’intrusion et d’infection au sein du système d’information. Dans le contexte de forte mobilité que nous connaissons, tout l’enjeu est de proposer une facilité d’accès à la donnée sans compromettre la sécurité du SI.

Vous connaissez maintenant les 7 outils qui vous permettront de renforcer sérieusement la sécurité informatique de votre entreprise, en phase avec les recommandations de l’ANSSI. L’orchestration de ces différentes briques reste parfois technique et chronophage, c’est pour cela que de plus en plus d’entreprises font appel à un prestataire expérimenté en cybersécurité pour piloter cette démarche efficacement. Les experts Resadia sont d’ailleurs à votre disposition si vous avez la moindre question sur ces sujets.

En savoir plus sur Resadia

Restez informés

Découvrir également

Article

Le Metaverse : Comprendre cet Internet du futur et ses enjeux

FIN DU RTC
Communications Unifiées

Fin du RTC : quelles explications et conséquences ?

ISO 37001 RESADIA
Actualités du Groupe

ISO 37001 : Resadia affirme son engagement contre la corruption